Doper ses performances sportives grâce à l’hypnose

L’utilisation de l’hypnose et de l’autohypnose pour les sportifs est une pratique qui se fait de plus en plus au niveau mondial mais n’est pas une affaire récente. La gymnaste Mary Lou Retton, médaillée d’or des jeux Olympiques en 1984, est une des premières à avoir publiquement parlé de l’effet de l’hypnose sur ses performances. Par ailleurs, l’équipe de gymnastique russe fait appel à un hypnothérapeute depuis des années. Tiger Woods, le célèbre golfeur est un adepte de l’hypnose depuis l’âge de 13 ans. Finalement le boxer, Kevin McBride, connu pour avoir battu Mike Tyson lors d’un championnat a utilisé l’hypnose pour accéder à son plein potentiel.

  Alors, pourquoi vous limiter à ne travailler qu’au niveau conscient sur vos performances sportives alors que celui-ci ne mobilise qu’entre 5 et 7 % de vos capacités cérébrales selon différentes études? Que se passerait-il, si vous mobilisiez le reste de vos capacités mentales grâce à l’hypnose?

Mais qu’est-ce que l’hypnose?

 L’hypnose est un état de conscience modifié, qui permet à la personne hypnotisée non seulement d’accéder à ses ressources, mais aussi de les modifier et d’en créer d’autres. Ainsi l’hypnose permet à la personne de contacter directement le capitaine de son navire (l’inconscient) et de lui donner les instructions précises dont il a besoin. La manière la plus simple de décrire la sensation d’être sous hypnose est celle “ d’être à la fois là, et à la fois ailleurs”. C’est dans cet état de dissociation, qui arrive naturellement plusieurs fois par jour (7-8 fois), par exemple lorsque vous lisez et que vous perdez le fil, ou bien au volant de votre voiture, que le travail d’hypnose se fait. L’hypnothérapeute, accompagne la personne tout en lui suggérant différentes choses qui vont faciliter non seulement des changements psychiques, physiques, comportementaux, mais aussi l’intégration de ceux-ci.

L’hypnose sportive, travail sur 3 axes principaux. 

1. La visualisation 

Les sportifs font parfois face à un décalage entre leur performance en entraînement et leur performance le jour J.

Les peurs, blocages, croyances limitantes et tout autres problématiques que le sportif peut avoir, qui impactent sa performance et freinent sa progression vont être travaillé en deux temps. Dans un premier temps, ces différents éléments sont identifiés et travaillés sous hypnose afin de les transformer. Cela permet notamment à l’athlète de construire et générer de nouvelles croyances, plus utiles et plus saine pour lui/elle. Dans un deuxième temps nous travaillons sur la visualisation de ses performances sportives. L’effet de la technique de visualisation déjà mondialement reconnue dans le milieu du sport et décuplée sous hypnose.

2. Les dialogues internes. 

 Les phrases que l’athlète se dit dans sa tête sont très importantes et peuvent le/la porter ou bien le/la bloquer.

Les habitudes et gestuelles du sportif sont utilisées pour ancrer des mantras positifs. Cela permet de générer naturellement les états de performance optimale préalablement activés sous hypnose. Ainsi l’athlète peut se plonger lorsqu’il le souhaite (durant les temps d’attente, de transport, etc) dans un état de confiance, d’énergie et de concentration, souvent décrit comme l’état de Flow.

 3. La gestion de la douleur post-effort/post-blessure.

Les blessures et douleurs font partie du jeu chez les sportifs. L’hypnose leur permet de se dissocier de ses douleurs, voir de travailler avec la douleur et non de la résister. L’hypnothérapeute, apprend au sportif l’autohypnose lui permettant ainsi de reprendre voir continuer ses entraînements dans les limites des possibilités physiques.

Pour conclure, l’hypnose est un outil puissant et un réel atout à avoir.

Pour aller plus loin:

https://www.le-pongiste.com/les-apports-hypnose-au-sport-haut-niveau/

Les témoignages

« L’année passée, je me suis inscrit à mon premier marathon. Faisant déjà beaucoup de natation, j’ai pensé que la transition à la course à pied serait facile. Cependant j’ai vite fait connaissance avec le fameux “mur du marathon” autour des 25 km. Si on arrive à passer “le mur” on arrive à finir le marathon. Mais j’avais de plus en plus de peine, effectivement après 2 heures de course, face à soi-même et les douleurs, continuer devenait très compliqué. On m’a alors parlé d’hypnose et c’est comme ça que j’ai commencé.  Nous avons en premier fait un travail sur mes différents « dialogues internes » durant les différentes étapes de la course. Ensuite plusieurs ancrages ont était fait sur le souffle et de la musique pour augmenter ma motivation et ma concentration. Ce sont les ancrages sur musique et souffle qui m’ont le plus impressionnés. Une énergie qui s’active « à la demande ». Résultat, j’ai fini mon premier marathon en 3h52. » Fabrice, R 

« J’ai initié mon travail avec Jennifer pour me défaire d’un bloquage qui me contraignait dans ma pratique du freeride depuis plusieurs années. Après deux séances seulement d’hypnose, j’ai réussi à maîtriser cette peur qui me pétrifiait. Cette démarche m’a permis de reprendre plus sereinement cette activité et même de passer les festivités du Nouvel An dans une cabane de montagne à 3’000m d’altitude sans craindre la descente du lendemain ! »- Aline. W

« Après ma blessure lors d’un trail en montagne, j’ai dû faire face à ma frustration et ma colère de ne plus pouvoir dévaler les montagnes. Après une période de longue inactivité, les douleurs et les sentiments négatifs se sont amplifiés . J’étais complètement anéantie de ne plus pouvoir faire de sport. J’ai pris contact avec Jennifer et commencé un travail avec l’hypnose. J’ai appris à reprendre confiance en moi, transformer mes colères et à gérer les douleurs. Aujourd’hui, ma colère s’est transformé en un plaisir intense. » – Sandra, G

 

Pour prendre RDV avec moi, cliquez ici

Partager cette publication

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email